Tag Archives: Communication

Témoignage de Coralie, ancienne LPCP

18 Juin

Coralie, ancienne étudiante de la promo 2013-2014, a accepté de répondre à nos questions. Elle partage avec nous son expérience et ses souvenirs.

 

  • Pourquoi avoir fait la licence pro communication publique ?

A l’issue de mon BTS Tourisme (spécialité AGTL ; Animation et Gestion Touristiques Locales), j’avais pour objectif de faire une Licence Pro dans un domaine complémentaire du tourisme. D’une part, car j’estimais avoir suffisamment d’expérience et de connaissances dans le tourisme, et d’autre part, mon souhait était d’avoir une « double casquette ».

Pourquoi la com ? Mon raisonnement était assez simple : il n’y a pas de touristes ni de tourisme sans communication et promotion de la destination en amont. J’avais bien vu  quelques notions en la matière en BTS mais cela me semblait insuffisant, d’où le besoin de faire une « vraie » année de com.

Pourquoi la com… publique ? J’ai toujours voulu travailler en priorité en Office de Tourisme et ces structures dépendent la grande majorité du temps de collectivités locales, du secteur public.

 

  • Quel est votre meilleur souvenir de cette année de licence ?

Des souvenirs, j’en garde plein la tête !

Le meilleur souvenir a été le voyage à New-York et Montréal, pour l’aspect touristique certes (je vais pas vous mentir !) mais aussi d’un point de vue culturel. On a découvert deux cultures différentes de la nôtre, la version américaine et la version québécoise (avec l’accent et tout !). Qui dit culture différente, dit culture de travail distincte, dit communication publique adaptée… Je retiens notamment le dispositif de démocratie participative mis en place par la ville de Montréal ainsi que les actions marketing et com (j’ai presque envie de dire : du niveau de grands groupes privés français) développées par la société des transports de Montréal.

Mon stage à la Direction Communication de la Communauté d’Agglomération du Grand Besançon est également un très bon souvenir. Plus qu’un stage, cela a été une véritable expérience professionnelle, courte mais hyper-enrichissante de par son contenu et les missions que l’on m’a confiées.

 

  • Qu’avez-vous fait suite à l’obtention de la licence ?

Suite à l’obtention de la licence, je suis retournée en terre natale alsacienne et j’ai rejoint l’Office de Tourisme (du Pays de Hanau et du Val de Moder, pour le joli nom à rallonge de territoire) pour lequel je travaillais en parallèle de mes études et durant la saison estivale depuis trois années.

Ensuite, au mois de septembre, j’ai décroché un CDD de 4 mois en remplacement dans un autre Office de Tourisme (Soufflenheim, pour les intimes et ceux qui aiment les noms de villages imprononçables). Ce poste a été un véritable tremplin pour moi car j’ai pu continuer de me tisser mon réseau professionnel nord-alsacien.

Une fois ce contrat terminé, je me suis retrouvé au chômage, le vrai. Celui où ton passe-temps favoris est de renvoyer de multiples fois des paperasses à notre chère agence pour l’emploi pour toucher un semblant de pépettes et qu’au final on finit par te dire « C’est quoi tous ces contrats de 2 jours ? c’est compliqué votre histoire ! »  « C’est la précarité de la jeunesse d’aujourd’hui m’dame. » BREF, Ça a duré 4 mois, et puis…

 

  • Que faites-vous actuellement ?

Et puis… J’ai eu l’écho de la vacation prochaine d’un poste qui pourrait m’intéresser au sein d’un Office de Tourisme nord-alsacien. J’ai donc eu le temps de me préparer à ce que j’ai appelé « l’entretien de ma vie » (celui où tu révises encore plus que pour l’épreuve coeff 7 du bac) pour ce qui s’est avéré être le poste de mes rêves « Chargée de communication et de promotion touristique » en Office de Tourisme dans le secteur professionnel et géographique que je convoitais.

Me voilà en poste depuis le 27 avril à l’Office de Tourisme du Pays de Haguenau, Forêt et Terre de potiers (magnifique appellation territoriale issue d’un mille-feuille de communautés de communes fusionnées, etc) sur ce poste tant rêvé et convoité qui colle à mon profil tourisme-communication et à mes attentes. Il s’agit d’un poste créé il y a tout juste un an et demi et je suis la deuxième personne à l’occuper. Il y a donc tout à faire et ça, c’est génial ! J’ai signé un CDD d’un an qui, si tout va bien, se transformera en Saint-Graal-CDI. Mes trois missions principales sont l’animation numérique de territoire, la communication et la promotion touristique, cf LinkedIn pour plus de détails : https://fr.linkedin.com/in/coraliebaldauf.

 

  • Recommanderiez-vous la LPCP ? Pourquoi ?

Oui, oui et OUI ! Je recommande vivement cette licence pro. Le contenu de la formation est vraiment riche (malgré le nombre réduit d’heures de cours), les intervenants et professeurs de qualité, et les encadrants passionnés. Je n’en doutais pas, mais je m’en rends encore mieux compte avec du recul et en comparaison avec les témoignages d’amis.

 

  • Et enfin, un conseil ou une remarque à donner à nos étudiants (et aux prochains) ?

Profitez un maximum de cette année pour vous constituer un réseau professionnel surtout si vous comptez travailler après la licence. Beaucoup d’offres d’emplois ne sont jamais publiées sur internet car elles sont diffusées en réseaux internes (au sein de collectivités, entre collègues…).

Toutes les rencontres, expériences (projet tutoré, missions ponctuelles…) sont bonnes à prendre car elles vous permettront d’élargir votre réseau mais aussi développer vos compétences de manière concrète. Enfin, prenez note d’un maximum d’informations durant le peu d’heures de cours, elles vous seront utiles un jour ou l’autre et vous permettront peut-être de faire la différence par rapport à un autre candidat lors d’un entretien.

 

Coralie B.

Publicités

Hé ! Stop au harcèlement de rue !

7 Mai

Lancée le 6 Avril dernier, l’application « Hé ! » a marqué les esprits… C’est à l’occasion de la semaine contre le harcèlement de rue que l’agence BETC lance la version française de « Yo », succès américain permettant de simples interactions avec ses contacts. Sauf que… Hé ! en réalité est une application-piège qui permet de simuler la violence du harcèlement de rue et la difficulté d’affronter ces agressions quotidiennes. Disponible sur Androïd et iOS, cette application envoie de simples Hé ! jusqu’à ce qu’un faux contact vienne troubler la fête avec des insultes. Le seul moyen de se débarrasser de lui est de le supprimer, la signature apparaît alors : «Si vous pouvez vous échapper aujourd’hui, pour beaucoup, le harcèlement de rue c’est tous les jours.» suivi du nom de l’association « Stop au harcèlement de rue » ainsi qu’un lien vers leur site internet. L’objectif de cette opération est de toucher rapidement les personnes qui ne comprennent pas encore les dangers du harcèlement de rue de la manière la plus intrusive qui soit, c’est à dire via leurs smartphones. Hé ! Stop au Harcèlement de rueL’association est allée encore plus loin en parodiant les affiches consacrées aux incivilités de la RATP. La dite affiche a été largement partagée sur les réseaux sociaux. L’affiche s’accompagne également d’actions concrètes menées par l’association dans les bars, les rames de métro mais aussi dans la rue pour dénoncer les insultes, sifflement, remarques ou attouchements. Un bel exemple de campagne de sensibilisation  au moment où l’avis du Haut conseil à l’égalité entre les femmes et les hommes reconnaissait que 100% des femmes avaient un jour subi une violence sexiste dans les transports. Sources : http://www.cbnews.fr/digital/betc-dit-stop-au-harcelement-de-rue-a1019361?utm_source=newsletter&utm_medium=email http://www.briefmag.com/ Pour en savoir plus : http://www.stopharcelementderue.org/

#Parisjetaime

27 Mar

L’Office de Tourisme et des Congrès de Paris a lancé une nouvelle campagne social média le 21 Mars dernier.  L’objectif est de promouvoir le tourisme dans la capitale en faisant découvrir aux internautes ses différentes facettes. Et pour cela, quoi de mieux que de faire participer les Parisiens eux-mêmes ? 

Exemple d'une photographie #Parisjetaime avec le cadre distribué par l'Office de Tourisme et des Congrès Parisien

Exemple d’une photographie #Parisjetaime avec le cadre distribué par l’Office de Tourisme et des Congrès Parisien

En effet, si les comptes officiels « Paris, je t’aime » comptent déjà plus de 300 000 followers et fans sur Twitter, Instagram et Facebook, le but de la campagne est de permettre à n’importe qui de devenir un ambassadeur de la ville lumière.

Pour cela, l’Office de Tourisme et des Congrès a mis en place le hashtag #Parisjetaime pour permettre aux Parisiens, et aux autres amoureux de la capitale, de partager sur les réseaux sociaux leurs ambiances et adresses préférées à l’aide d’un cadre style « polaroïd ». Observer, photographier et partager, tout le monde peut ainsi se prendre au jeu. Une opération ludique, mais également stratégique.

Si la campagne social media #Parisjetaime a été lancée le 21 Mars dernier, ce n’est pas par hasard. Il s’agissait également du rendez-vous annuel mondial de la communauté Instagram (#InstaMeet) qui a permis à l’Office de Tourisme Parisien d’organiser son propre marathon Instagram (##WWIM11_parisjetaime) durant lequel quatre équipes d’Instagramers* ont mis en image la cité de l’amour. L’équipe qui a reçu le plus de likes a été récompensée par une dotation. Un bon moyen de gagner en visibilité pour le lancement de la campagne.

Dans un premier temps, l’opération cible les e-influenceurs et les professionnels du tourisme parisien. Cependant, à long terme, l’objectif est de permettre à tous d’être ambassadeur de Paris afin de bousculer les idées reçues, de multiplier les prescripteurs et de créer de nouveaux liens entre Paris je t’aime et sa communauté.

*Instagramers = utilisateurs du réseau social Instagram.

Marine Belin.

Sources :

http://www.parisinfo.com/paris-pratique/infos/guides/decouvrez-le-paris-des-parisiens-grace-a-l-operation-cadre-parisjetaime

http://www.tourmag.com/Parisjetaime-les-Parisiens-appeles-a-devenir-ambassadeurs-touristiques-de-leur-ville_a72989.html

http://presse.parisinfo.com/actualites/communiques-de-presse/operation-cadre-paris-je-taime

Portrait chinois du service communication de la mairie de Saint-Brevin-les-Pins

11 Fév

Catherine, étudiante LPCP, décide de nous faire partager son stage de façon un peu originale… En effet, c’est au travers d’un portrait chinois que nous allons découvrir le service communication qu’elle a intégré le 5 Janvier dernier à la Mairie de Saint-Brévin-les-Pins.

Si c’était un animal, le service serait un éléphant car le service doit se souvenir de tout, être à l’écoute de tous, faire beaucoup de choses (un travail éléphantesque), avec rapidité et précision.

Si c’était un arbre, le service serait un chêne ou un pin. C’est un service présent partout, solide, beaucoup sollicité mais déterminé.

Si le service était un endroit, il serait une plage : sans cesse secoué par le ressac, parfois dévasté par des marées noires mais toujours présente.

Si c’était des métiers, il y aurait : communicant, bien sûr, imprimeur, graphiste, cafetière, informaticien, chercheur, archiviste, commercial, standardiste, scanner, photographe, community manager, chocolatier, journaliste, comptable, antiquaire, archéologue, passeur de marché et réunionnais*.

Si c’était un vêtement, le service serai un pull : chaud, doux, multitâches (surtout s’il a des poches), pratique, présent partout, qui va à tout le monde,

Si c’était une saison, ça serai le printemps. Les idées bourgeonnent, d’autres éclosent. Tout n’est pas encore prêt, mais tout le sera en temps voulu comme à la fin du printemps. Beaucoup de choses sont à faire ou à refaire car chaque nouvelle année est un hiver qui efface tout.

Si c’était un roman, le service serait La vérité sur l’affaire Harry Quebert, car quand tu penses que tout est fini, en fait, il y en a encore.

Si c’était un sport, le service serait la GRS (Gymnastique Rythmique et Sportive), il faut être un gymnaste hors pair avec tous les impératifs à gérer à la fois, les différents sujets et supports sur lesquels ils travaillent, gérer les différents interlocuteurs tout cela au rythme de la vie de la municipalité et de la ville. C’est un vrai sport !

*Ma collègue, qui s’appelle Catherine aussi, est réunionnaise. Thomas, mon maitre de stage, est souvent en réunion.

Aventure au Conseil Régional de Franche-Comté !

20 Jan

Arrivée le 5 Janvier 2015 dans le Service Communication du Conseil Régional de Franche-Comté, Lucie, étudiante LPCP, débute son stage de 12 semaines. Sa principale mission est la rédaction d’articles, pour le magazine mais aussi pour le web. Elle partage avec nous cette expérience en nous faisant part de ses premières impressions.

Mon premier jour au sein du conseil régional de Franche-Comté s’est très bien passé. Dès mon arrivée, j’ai été chaleureusement accueillie par le personnel. Ma responsable m’a présentée à tout le service communication dans lequel je vais exercer mes nouvelles fonctions.
Aujourd’hui j’entame ma troisième semaine. Tout se passe bien. L’ambiance qui règne dans le service est fort sympathique, l’équipe est soudée et partage quelques bons moments ensemble.
Je me sens bien intégrée au service, j’ai trouvé mes marques dès le départ et mes collègues s’habituent progressivement à ma présence. Je remarque quand même qu’être stagiaire n’est pas toujours simple : tout le monde est occupé dans ses projets en cours et ne trouve pas forcément le temps de m’expliquer certaines choses. Malgré tout, je fais preuve de curiosité et saute sur l’occasion lorsque ma responsable a du temps libre.
Le rythme s’intensifie de plus en plus : à peine en poste, me voilà en pleine rédaction de l’Agenda des sorties pour le magazine de la région « Franche-Comté mag’ », qui sortira début Avril. J’entends aussi parler constamment DU sujet en ce début d’année 2015, à savoir la fusion des régions. Être au cœur de tous ces débats, voir comment cela s’organise de l’intérieur est très intéressant.
Maintenant, les prochaines semaines s’annoncent denses : rédaction d’articles pour le magazine régional et contribution au site dédié à la future Grande Région. De grandes responsabilités m’attendent…

Lucie, étudiante LPCP.

%d blogueurs aiment cette page :