Tag Archives: LPCP

Témoignage de Coralie, ancienne LPCP

18 Juin

Coralie, ancienne étudiante de la promo 2013-2014, a accepté de répondre à nos questions. Elle partage avec nous son expérience et ses souvenirs.

 

  • Pourquoi avoir fait la licence pro communication publique ?

A l’issue de mon BTS Tourisme (spécialité AGTL ; Animation et Gestion Touristiques Locales), j’avais pour objectif de faire une Licence Pro dans un domaine complémentaire du tourisme. D’une part, car j’estimais avoir suffisamment d’expérience et de connaissances dans le tourisme, et d’autre part, mon souhait était d’avoir une « double casquette ».

Pourquoi la com ? Mon raisonnement était assez simple : il n’y a pas de touristes ni de tourisme sans communication et promotion de la destination en amont. J’avais bien vu  quelques notions en la matière en BTS mais cela me semblait insuffisant, d’où le besoin de faire une « vraie » année de com.

Pourquoi la com… publique ? J’ai toujours voulu travailler en priorité en Office de Tourisme et ces structures dépendent la grande majorité du temps de collectivités locales, du secteur public.

 

  • Quel est votre meilleur souvenir de cette année de licence ?

Des souvenirs, j’en garde plein la tête !

Le meilleur souvenir a été le voyage à New-York et Montréal, pour l’aspect touristique certes (je vais pas vous mentir !) mais aussi d’un point de vue culturel. On a découvert deux cultures différentes de la nôtre, la version américaine et la version québécoise (avec l’accent et tout !). Qui dit culture différente, dit culture de travail distincte, dit communication publique adaptée… Je retiens notamment le dispositif de démocratie participative mis en place par la ville de Montréal ainsi que les actions marketing et com (j’ai presque envie de dire : du niveau de grands groupes privés français) développées par la société des transports de Montréal.

Mon stage à la Direction Communication de la Communauté d’Agglomération du Grand Besançon est également un très bon souvenir. Plus qu’un stage, cela a été une véritable expérience professionnelle, courte mais hyper-enrichissante de par son contenu et les missions que l’on m’a confiées.

 

  • Qu’avez-vous fait suite à l’obtention de la licence ?

Suite à l’obtention de la licence, je suis retournée en terre natale alsacienne et j’ai rejoint l’Office de Tourisme (du Pays de Hanau et du Val de Moder, pour le joli nom à rallonge de territoire) pour lequel je travaillais en parallèle de mes études et durant la saison estivale depuis trois années.

Ensuite, au mois de septembre, j’ai décroché un CDD de 4 mois en remplacement dans un autre Office de Tourisme (Soufflenheim, pour les intimes et ceux qui aiment les noms de villages imprononçables). Ce poste a été un véritable tremplin pour moi car j’ai pu continuer de me tisser mon réseau professionnel nord-alsacien.

Une fois ce contrat terminé, je me suis retrouvé au chômage, le vrai. Celui où ton passe-temps favoris est de renvoyer de multiples fois des paperasses à notre chère agence pour l’emploi pour toucher un semblant de pépettes et qu’au final on finit par te dire « C’est quoi tous ces contrats de 2 jours ? c’est compliqué votre histoire ! »  « C’est la précarité de la jeunesse d’aujourd’hui m’dame. » BREF, Ça a duré 4 mois, et puis…

 

  • Que faites-vous actuellement ?

Et puis… J’ai eu l’écho de la vacation prochaine d’un poste qui pourrait m’intéresser au sein d’un Office de Tourisme nord-alsacien. J’ai donc eu le temps de me préparer à ce que j’ai appelé « l’entretien de ma vie » (celui où tu révises encore plus que pour l’épreuve coeff 7 du bac) pour ce qui s’est avéré être le poste de mes rêves « Chargée de communication et de promotion touristique » en Office de Tourisme dans le secteur professionnel et géographique que je convoitais.

Me voilà en poste depuis le 27 avril à l’Office de Tourisme du Pays de Haguenau, Forêt et Terre de potiers (magnifique appellation territoriale issue d’un mille-feuille de communautés de communes fusionnées, etc) sur ce poste tant rêvé et convoité qui colle à mon profil tourisme-communication et à mes attentes. Il s’agit d’un poste créé il y a tout juste un an et demi et je suis la deuxième personne à l’occuper. Il y a donc tout à faire et ça, c’est génial ! J’ai signé un CDD d’un an qui, si tout va bien, se transformera en Saint-Graal-CDI. Mes trois missions principales sont l’animation numérique de territoire, la communication et la promotion touristique, cf LinkedIn pour plus de détails : https://fr.linkedin.com/in/coraliebaldauf.

 

  • Recommanderiez-vous la LPCP ? Pourquoi ?

Oui, oui et OUI ! Je recommande vivement cette licence pro. Le contenu de la formation est vraiment riche (malgré le nombre réduit d’heures de cours), les intervenants et professeurs de qualité, et les encadrants passionnés. Je n’en doutais pas, mais je m’en rends encore mieux compte avec du recul et en comparaison avec les témoignages d’amis.

 

  • Et enfin, un conseil ou une remarque à donner à nos étudiants (et aux prochains) ?

Profitez un maximum de cette année pour vous constituer un réseau professionnel surtout si vous comptez travailler après la licence. Beaucoup d’offres d’emplois ne sont jamais publiées sur internet car elles sont diffusées en réseaux internes (au sein de collectivités, entre collègues…).

Toutes les rencontres, expériences (projet tutoré, missions ponctuelles…) sont bonnes à prendre car elles vous permettront d’élargir votre réseau mais aussi développer vos compétences de manière concrète. Enfin, prenez note d’un maximum d’informations durant le peu d’heures de cours, elles vous seront utiles un jour ou l’autre et vous permettront peut-être de faire la différence par rapport à un autre candidat lors d’un entretien.

 

Coralie B.

Publicités

Les professionnels parlent de la LP Communication Publique de Besançon

12 Mar

Les intitulés varient, mais les formations supérieures tournées vers la communication publique se multiplient aussi à l’université. La professionnalisation est en marche : les filières s’adaptent en se concentrant sur les connaissances théoriques nécessaires.

C’est en somme ce qu’on peut lire sur un dossier du mois de mars intitulé Spécial formation des communicants publics du magazine Brief, un mensuel spécialisé dans la communication publique.

Brief, le magazine de la Communication publique
N°6, Mars 2013

Des parcours personnalisés, des formations diplômantes, des sessions d’une journée ou d’une semaine, toutes les tendances sont évoquées dans ce numéro. La filière licence professionnelle rentre dans la catégorie des nouveautés et fait l’objet de toutes les attentions, car l’Institut Universitaire professionnel est le deuxième fournisseur des communicants diplômés. La première place revient à l’Université avec 46%.

En effet, il est rappelé que :

la spécialisation en communication publique apparaît en général au niveau master, à l’exception des licences proposées à l’IUT de Besançon-Vesoul, à l’université Paris Est-Marne-la-Vallée et dans quelques autres facultés parisiennes, souligne le Magazine.

Mais, l’offre universitaire va bientôt se réduire, car le Master proposé par Metz va disparaître, d’après Brief. Toutefois, il faut savoir que, contrairement au master, la licence professionnelle met plus en évidence la pratique afin de permettre aux futurs diplômés d’être opérationnels après la formation. Ce qui est le cas à Besançon.

D’après ce magazine,

huit sur dix : c’est le chiffre impressionnant de communicants qui suivraient des formations chaque année, selon une étude réalisée par Cap’Com en 2011.

Des chiffres qui démontrent que la communication publique reste une filière d’avenir, car la demande ne cesse de s’accroître !

Pour en savoir plus, rendez-vous sur le site internet du magazine Brief

Mikidache Houmadi

Les anciens en parlent : Témoignage de Mathilde Chanoni, Promo 4 (à la manière Infocom 2.0)

4 Nov

Décline ton identité : 

Mathilde Chanoni ancienne de la Licence Pro Com Publique mais surtout Normande qui le revendique! (eh oui je ne vous lacherais pas avec ça anciens de la LPCP!)

L’aventure INFOCOM BESANÇON, c’était quand ?
L’année dernière, en 2011-2012

Ton meilleur souvenir chez nous ? 
Même si ce fut pénible sur le moment, la semaine de challenge reste un excelent souvenir. Une semaine entière à bosser sur un projet croncret, c’était super enrichissant.

Le(s) prof(s) qui t’ont donné la patate pour continuer ? (tu peux nous demander de leur faire un bisou)
Monique Schirlin, intervenante en « Stratégie de communication, Barbara Grispichot, intervenant en « Evènementiel touristique et relations presses ». Rien de plus précieux que des cours dispensés par de professionnels.

As-tu pleuré en nous quittant ?
J’ai un gros pincement au coeur de quitter toutes ces personnes avec qui j’avais tissé des liens si particuliers, on avait quand même une sacré promo en LPCP. Mais pas de larmes. J’étais trop contente de retrouver ma Normandie et surtout la MER qui me manquais tant.

Pourquoi l’information-communication ?
C’est une voie qui s’est ouverte à moi un peu par dépit au départ après le BAC avec un BTS. Puis au fil des stages je me suis rendu compte que ça me correspond vraiment. Être dans l’action au quotidien, avoir régulièrement de nouveau projets, la créativité, le dynamisme, c’est vraiment motivant.

Un bilan sur ta formation à Besançon ?
Bilan très positif. Des cours constructifs d’autres dont je n’ai toujours pas compris l’utilité, mais ça c’est comme partout. Une équipe pédagogique à l’écoute. M. Scotto, ah ce cher M. Scotto, je pense qu’on lui a probablement tapé sur les nerfs mais je tiens à le remercier pour son implication à nos côtés.

Tes derniers stages ? (utilise les 5W et tu auras tout notre respect)
Je vais faire que LE dernier, celui de la LPCP.
Qui? Le CRIJ de Basse-Normandie
Où? A Caen, en Normandie bien sur!
Quand? De janvier à mars
Comment? Candidature via un site de mise en relation de structures à la recherche de stagiaires et de stagiaires à la recherche d’une structure d’accueil;
Quoi? Pour l’organisation de la journée Jobs d’été, journée qui permet à des jeunes de rencontrer des employeurs et de passer des entretiens pour des emplois saisonniers. Il y a aussi un espace « Jobs à l’étranger », « Pôle emploi », et « droits et informations des jeunes ». Mon job consistait à élaborer les supports de communication, à prospecter les entreprises présentes, à gérer l’organisation de l’espace et la supervision le jour même.

Parle-nous de ton parcours…
Parcours classique à la base, pas de redoublement, BAC Littéraire, orientation directe dans la communication. BTS puis licence pro. Mais ce qui me forge maintenant et me prends beaucoup de temps c’est mon engagement humanitaire. je suis bénévole dans l’association humanitaire Action Contre la Faim et je prends cet engagement très à coeur.

T’as une blague sous la main ?
Ce n’est pas une blague à mes yeux après avoir vécu à Besançon mais ça fera toujours rire ma famille : l’expression « avoir meilleur temps ». J’ai eu le malheur de l’adopter et ils ne me comprendront jamais et se moqueront toujours de moi ici en Normandie.

Toi aujourd’hui ?
J’habite désormais à Tours en Indre-et-Loire, j’ai suivi mon ami. Quitte à chercher du travail autant chercher dans une grande ville. Parce que Cherbourg c’est bien mais niveau boulot pas top. Je suis donc désormais dans la plus grande entreprise de France : Pôle Emploi. Avec tout de même la perspective de passer les concours.

On te souhaite quoi pour dans 2 ans ?
D’avoir trouvé un emploi dans la communication publique, dans n’importe quel domaine ce serait déjà bien.

Et dans 10 ans ?
Dans 10 ans je suis plus ambitieuse, je me vois dans l’évènementiel sportif, mon idéal. L’organisation des JO en France un jour est un de mes rêves irréalisables. Mais sait-on jamais…

Si tu devais donner un conseil à ceux qui sont aujourd’hui à ta place en INFOCOM ?
Profiter à fond de leur aventure Bisontine, visiter les alentours parce que c’est quand même jolie la Franche-Comté.

As-tu développé un pouvoir de super-héros suite à ton passage chez nous ?
Passer 8 heures dans le train pour rentrer chez moi, difficilement supportable au début mais ça se faisait bien à la fin. Supporter les frasques de la SNCF, un super pouvoir incontestable.

Un blog, un book, un lien à faire passer ?
Pas de page perso à faire passer

Tu as libre antenne. Dis nous ce que tu as sur le cœur en 140 caractères, comme sur Twitter. Tiens au fait, tu nous follow ?
Je ne suis pas trop twitter. Pas de chance !

Et enfin, aimes-tu les brocolis ?
Accompagné de crème fraîche pourquoi pas.

Ah si ! Avais-tu fait des dessins sur les tables en amphi ? Ça fera 13,87€ à l’ordre de la KORPO, merci.
Pas le temps en 7 mois !

 

Merci au blog Résolument 2.0

%d blogueurs aiment cette page :