Tag Archives: Projet tuteuré

PROJET TUTORE RODIA « FESTIVAL GénériQ »

24 Mar

 

 

generiq photoL’IUT propose chaque année des projets tutoré à effectuer en groupe et qui nous offre la possibilité de mettre notre force de travail au service de réels prestataires. Et parfois dans la multitude de ces projets, une lumière, une salle de concert, un projet hors du commun : Le festival GénériQ en partenariat avec la Rodia.
Autant se l’avouer de suite il nous a fallu un millième de seconde pour comprendre que c’était LE projet tutoré de l’année. Et nous avons eu la possibilité de faire partie de ce groupe d’énergumène à bosser sur GénériQ
GénériQ / La Rodia KESAKO ?
La Rodia est une SMAC, une salle de concert auto géré mais qui bénéficie de subventions de la ville. Pour ceux qui vivent dans une grotte, cette salle c’est un peu le bouillon de culture bisontin, là où les choses se passent, où la sueur et la musique font vibrer nos tympans et la ville.
Alors chaque année en partenariat avec les Eurockéennes, la Rodia et d’autres salles de concerts de la région du Grand Est, mettent en commun leurs forces pour monter le festival GénériQ, festival des tumultes musicaux en ville. Ce festival accueille un bon nombre d’artistes plus doués et diversifiés les uns que les autres.
Notre mission : Monter un journal de A à Z, écrire les articles et distribuer les journaux tous les jours pendant une semaine. La nuit, la pluie, la neige ou encore la fatigue n’auraient jamais pu achever les petits poulpes que nous sommes.

Une impression de chacun d’entre nous illustrera pour le mieux ce que nous avons ressenti de tumultueux dans nos têtes pendant une semaine.

Camille :
Ce serait impossible de résumer cette semaine GénériQ. Le facteur le plus parlant serait peut-être la douleur de mon corps samedi soir en rentrant dans le silence de mon appartement. Il m’était alors presque impossible de retirer mon manteau ou mes chaussettes tellement mon corps me tiraillait. De la douleur certes mais de la bonne. Une semaine à crapahuter dans le froid pour distribuer les journaux, à se lever pour rejoindre le groupe de champions que nous sommes pour écrire nos textes, et surtout les concerts du soir, la rencontre des artistes, les dessins tous plus cool les uns que les autres. Mon coup d’amour, les mecs de « Salut c’est cool » parce qu’ils ont compris qu’un concert c’était aussi le public qui le faisait, et qu’ils nous ont permis d’aller sur scène, de chanter et de danser avec eux. C’était magique ! Niveau musique Findlay à une voix incroyable et Charlie de Gran Kino à un don pour le dessin c’est certain.
Une semaine hors du commun des mortels, difficile de retourner dans la vie vraie !

Rémi :

Si la vie étudiante peut parfois se montrer cruelle envers moi, (c’est vrai quoi, parfois je suis forcé de dormir 5 heures par nuit parce que je joue trop aux jeux vidéo ou parce que je fais trop de musique), il faut bien admettre que des projets comme la création de ce journal pour le Festival GénériQ, ça envoie de la chaussette Jacquard ! Avoir l’occasion de se retrouver tous les jours à la Rodia pour rédiger un journal qui va être lu tous les jours par des centaines de personnes, (si tout va bien, et suivre TOUS les concerts du festival, c’est quelque chose qu’on a rarement l’occasion de faire dans le cadre scolaire. Après tout, je ne suis qu’étudiant en licence… ! Une semaine exceptionnelle donc, remplie de marche à pied, d’habits mouillés, mais aussi et surtout de petits moments partagés avec des artistes coups de cœur, comme « Motel Mari » ou « Villagers ».
En attendant la suite, poulpez-vous bien !

Jeanne :

Y a eu de la truite, du bon son, des copains, des rencontres, des petits pains et de la danse : tous les éléments réunis pour passer une semaine de malade. Avec une équipe qui s’appelle « le Poulpe Insomniaq », c’était évident de toute façon. Je pense que mes soirées avec ma musique dans mon appart’ seront bien fades ces prochains temps. Et puis je vous le dit, ça va nous manquer de ne plus écrire pour vous, je pense même que je vais regretter les distributions dans la neige et le froid. Par contre je vais vous laisser, parce que j’ai une bonne dizaine d’heures de sommeil à rattraper.
On se reverra et le poulpe vaincra.

Bastien :
Pour résumer le festival GénériQ en quelques mots : des paires de chaussettes mouillées et une mine de pépites musicales. La plupart des artistes en concert ne sont pas connus mais mériteraient de l’être ! S’il fallait sélectionner un seul coup de cœur, ce serait impossible. Le premier coup de cœur est pour « Bombay Show Pig » à Zone Art qui m’a aussi impressionné, avec son rock énervé ; le concert s’est tellement bien prêté avec le lieu, (en plus, la batteuse était super cool). Pour finir, « St Lô » a été une véritable révélation. Maintenant, j’attends avec impatience l’album ! Travailler pour le festival GénériQ m’a aussi permis de réaliser un de mes fantasmes les plus inaccessibles : offrir une truite à « Salut c’est cool » et voir leurs petits yeux d’enfants s’émerveiller devant ce présent.

Célia :
Cette semaine était forte en émotion. Allier travail, musique, plaisir et rigolades, c’était juste le top ! Le rythme était soutenu et fallait s’accrocher !
Assister aux concerts jusqu’à trèèèès tard dans la soirée et devoir être opérationnel le matin pour éditer le journal : et bien, c’est pas pour les faibles ! Mais, malgré ca, c’était tellement fou, tellement « Salut c’est cool », tellement génial que cette semaine était juste du BON-HEUR. On a été des petits privilégiés d’assister à autant de concerts et de pouvoir rencontrer les artistes. Enfin voilà, je pourrais continuer encore longtemps à faire les éloges de cette semaine de GénériQ donc je vais juste vous dire que c’était super et que je suis au bord de la dépression que se soit déjà fini, (et de quitter l’équipe génialissime de la Rodia, snif), voilà. Adieu, monde cruel !

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :