Tag Archives: Stage

La com’ au service des jeunes !

16 Fév

C’est au tour de Suzy, cette semaine en stage  à l’Espace Jeunes de la Communauté de Communes du Val Saint-Vitois (CCVSV), de nous faire part de son expérience.

« Voilà un mois que je suis en stage. L’accueil fut chaleureux, les présentations rapides, ayant déjà rencontré auparavant les différents employés qui m’entourent. Je suis en charge de la communication et travaille avec une seule personne, animateur au service jeunesse et également mon maître de stage. Mes premiers jours m’ont permis de m’adapter à la structure, de connaître le fonctionnement de la communauté de communes et le lien reliant l’espace jeunes à celle-ci…. Puis, l’heure est venue de passer à l’action avec une mission conséquente: monter une stratégie de communication sur 1 an.

A l’heure actuelle, quelques actions ont été réalisées comme un flyer de présentation du lieu, la newsletter pour les élus… Un stage très enrichissant ! Je ne suis pas uniquement devant l’ordinateur toute la journée. Le Mardi et le Jeudi entre 13h et 14h, un atelier « rédaction d’articles » et radio ont été mis en place au collège Jean Jaurès. Une douzaine de jeunes, entre 11 et 17 ans, se retrouvent pour créer des articles et apprendre à s’exprimer en public.

Sortie d’un BTS Tourisme avant d’intégrer la Licence, je mets également à profit mes acquis pour aider mon maitre de stage à monter un séjour à Rome et contacter les différents prestataires. Ces trois mois de stage me sont très bénéfiques, je vois enfin le rapport entre la théorie et la pratique. »

Publicités

Portrait chinois du service communication de la mairie de Saint-Brevin-les-Pins

11 Fév

Catherine, étudiante LPCP, décide de nous faire partager son stage de façon un peu originale… En effet, c’est au travers d’un portrait chinois que nous allons découvrir le service communication qu’elle a intégré le 5 Janvier dernier à la Mairie de Saint-Brévin-les-Pins.

Si c’était un animal, le service serait un éléphant car le service doit se souvenir de tout, être à l’écoute de tous, faire beaucoup de choses (un travail éléphantesque), avec rapidité et précision.

Si c’était un arbre, le service serait un chêne ou un pin. C’est un service présent partout, solide, beaucoup sollicité mais déterminé.

Si le service était un endroit, il serait une plage : sans cesse secoué par le ressac, parfois dévasté par des marées noires mais toujours présente.

Si c’était des métiers, il y aurait : communicant, bien sûr, imprimeur, graphiste, cafetière, informaticien, chercheur, archiviste, commercial, standardiste, scanner, photographe, community manager, chocolatier, journaliste, comptable, antiquaire, archéologue, passeur de marché et réunionnais*.

Si c’était un vêtement, le service serai un pull : chaud, doux, multitâches (surtout s’il a des poches), pratique, présent partout, qui va à tout le monde,

Si c’était une saison, ça serai le printemps. Les idées bourgeonnent, d’autres éclosent. Tout n’est pas encore prêt, mais tout le sera en temps voulu comme à la fin du printemps. Beaucoup de choses sont à faire ou à refaire car chaque nouvelle année est un hiver qui efface tout.

Si c’était un roman, le service serait La vérité sur l’affaire Harry Quebert, car quand tu penses que tout est fini, en fait, il y en a encore.

Si c’était un sport, le service serait la GRS (Gymnastique Rythmique et Sportive), il faut être un gymnaste hors pair avec tous les impératifs à gérer à la fois, les différents sujets et supports sur lesquels ils travaillent, gérer les différents interlocuteurs tout cela au rythme de la vie de la municipalité et de la ville. C’est un vrai sport !

*Ma collègue, qui s’appelle Catherine aussi, est réunionnaise. Thomas, mon maitre de stage, est souvent en réunion.

Aventure au Conseil Régional de Franche-Comté !

20 Jan

Arrivée le 5 Janvier 2015 dans le Service Communication du Conseil Régional de Franche-Comté, Lucie, étudiante LPCP, débute son stage de 12 semaines. Sa principale mission est la rédaction d’articles, pour le magazine mais aussi pour le web. Elle partage avec nous cette expérience en nous faisant part de ses premières impressions.

Mon premier jour au sein du conseil régional de Franche-Comté s’est très bien passé. Dès mon arrivée, j’ai été chaleureusement accueillie par le personnel. Ma responsable m’a présentée à tout le service communication dans lequel je vais exercer mes nouvelles fonctions.
Aujourd’hui j’entame ma troisième semaine. Tout se passe bien. L’ambiance qui règne dans le service est fort sympathique, l’équipe est soudée et partage quelques bons moments ensemble.
Je me sens bien intégrée au service, j’ai trouvé mes marques dès le départ et mes collègues s’habituent progressivement à ma présence. Je remarque quand même qu’être stagiaire n’est pas toujours simple : tout le monde est occupé dans ses projets en cours et ne trouve pas forcément le temps de m’expliquer certaines choses. Malgré tout, je fais preuve de curiosité et saute sur l’occasion lorsque ma responsable a du temps libre.
Le rythme s’intensifie de plus en plus : à peine en poste, me voilà en pleine rédaction de l’Agenda des sorties pour le magazine de la région « Franche-Comté mag’ », qui sortira début Avril. J’entends aussi parler constamment DU sujet en ce début d’année 2015, à savoir la fusion des régions. Être au cœur de tous ces débats, voir comment cela s’organise de l’intérieur est très intéressant.
Maintenant, les prochaines semaines s’annoncent denses : rédaction d’articles pour le magazine régional et contribution au site dédié à la future Grande Région. De grandes responsabilités m’attendent…

Lucie, étudiante LPCP.

Retour sur expérience : Stage au Centre régional du Livre de Franche-Comté

18 Avr

RE

Stage au centre Régional du Livre de Franche-Comté

Stage au Centre Régional du Livre de Franche-Comté

Si je pouvais résumer en quelques mots ce stage de 3 mois au sein du CRLFC (oui commençons par la fin) ce serait: l’aboutissement d’un projet professionnel réfléchi et construit depuis 3 ans. 

Mêler les métiers du livre aux compétences de la communication publique n’est pas  chose évidente, mais bel et bien possible. Le Centre régional du Livre de Franche-Comté est une association peu connue de la majorité des personnes, exerçant une influence importante sur la vie littéraire et la lecture de la région. Il promeut ses acteurs, ses professionnels et les structures du livre implantées en Franche-Comté. Il organise, ou coorganise, des manifestations et animations littéraires pour des publics et territoires bien spécifiques. Enfin, l’association accompagne et soutient le développement de centres culturels tournés vers le livre.

Librairie en Fête, un événement du CRL

Librairie en Fête, un événement du CRL

Ce sont en somme les différentes missions auxquelles j’ai pu participer durant cette période de stage me permettant d’accroître compétences et connaissances dans la culture et la communication. Une dimension très peu évidente à maîtriser. Rien de tel donc, que des situations concrètes entre les mains afin d’apprendre à les gérer et à les appréhender. Bien sûr, les moyens et outils de communication habituels ont également été réfléchis et réalisés durant ces 3 mois : relations presse, affiches et flyers, newsletters, stratégies de communication et diffusion de l’information, organisation d’événements, mises à jour du site internet etc. Des moyens de concrétiser des théories mais surtout une période de professionnalisation incontestable, me permettant d’acquérir des aptitudes en médiation culturelle à une vitesse phénoménale.

Rejoindre l’équipe du Centre régional du Livre de Franche-Comté de janvier à mars fut donc une expérience confirmant mon souhait de travailler au sein d’un organisme public qui diffuse le livre ou d’une manière plus générale la culture. Avoir cette occasion de donner accès à l’art, le patrimoine ou encore l’histoire est une chose compliquée, puisque l’on doit particulièrement prendre en compte les caractéristiques du public auquel on s’adresse, mais c’est aussi, lorsque ces projets aboutissent, des moments de partage et d’échanges qui rendent alors ce métier riche en émotions et en apprentissage.

La formation en licence professionnelle communication publique fut donc l’opportunité qui m’a permis de réaliser ce stage tout en me formant aux différents secteurs qu’offre la communication publique. C’est d’ailleurs ce que la licence veut pour ses étudiants. Et chaque année, ces 3 mois ravissent à la fois les élèves de la LPCP et les structures d’accueils.

Aurore Gascard

Retour sur expérience : En stage dans le Midi

21 Mar

RE

Logo_Conseil_Général_Hérault.svg

Stage au conseil départemental de l’Hérault

Encore une journée avec les mêmes horaires, les mêmes visages et la même ligne de tramway, mais, c’est une journée remplie de nouvelles expériences.

 

Pas seule dans le tram

7h35’, comme d’autres jours, je me lève quand le réveil n’a pas encore sonné. Un petit-déjeuner comprend un petit pain au chocolat et de l’eau du robinet. Heureusement que j’ai encore un peu de temps pour remplir mon ventre en marchant vers l’arrêt du tram. Si je rate celui de 8h1, 10 minutes d’attentes qui s’ajoutent au trajet habituel de 45 minutes.

Comme je ne vais jamais sur le site des compagnies de transport en commun, je prends toujours le risque d’avoir du retard ou des problèmes de grève.

A Montpellier, le moyen de locomotion le plus connu, est le tram. Au pays où 300 jours par an sont ensoleillés, c’est le moyen le plus raisonnable qui nous permet de profiter du climat méditerranéen.

Il y a un seul trajet entre la maison et le bureau mais j’ai toujours un tas de choses à faire pour passer le temps. Parfois, j’arrive même à lire les deux quotidiens, 20 minutes et Direct matin, distribués gratuitement à l’arrêt Gare Saint-Roch.

Dans le tramway de retour, j’observe souvent les gens. Une maman vérifie si ce qu’a mangé sa fille à midi était vraiment bon. Un couple discute du programme du cinéma ce week-end.  Deux amis s’interrogent sur les résultats d’un examen. Un visage contrarié d’un jeune qui s’est fait dresser une amende par les contrôleurs…

Le Tramway montpellierain

Le Tramway montpellierain

Une tâche, un bonheur

Chaque jour de travail commence en salle de revue de presse. Avec une vingtaine de journaux locaux et nationaux à trier, on a toujours une raison pour rester souriant. Un petit déjeuner « à la chocolatée », un échange sur la sortie d’un film au cinéma, une consultation de l’horoscope du jour… nous amènent tous en salle de revue de presse: les attachées de presse bien sûr, car c’est leur territoire ; les photographes et journalistes qui s’échangent leur déplacement de la journée ; le graphiste commence à parler de son jeu préféré, l’assistante qui raconte le match qu’elle a regardé la soirée précédante…

Comme les bureaux sont tous ouverts, on échange facilement entre collègues. Ce matin, mon maître de stage va profiter d’une petite heure entre ses deux réunions pour faire mon premier bilan. Comme toujours, je sors de son bureau avec un petit brouillon rempli de nouvelles tâches qui sont prêtes à être barrés jusqu’à notre prochain bilan. Encore des articles à faire pour le prochain magazine… Génial! Les articles, ma tâche préférée.

A midi, toute l’équipe se regroupe pour aller à la cantine. Une personne s’occupera d’aller sur la vidéo de la cantine pour vérifier s’il y a du monde.

Moi, je mange souvent au bureau avec une autre stagiaire et des collègues. L’autre fois je leur ai fait des nems vietnamiens. Ce déjeuner, c’est le tour de mes deux collègues. Mon menu du jour? Une blanquette de veau « faite maison », et une charlotte au chocolat.

Au bureau, on a la possibilité de faire du sport entre midi et deux. La secrétaire qui partage le bureau avec moi va courir avec la journaliste du bureau d’à côté. Il y en a qui vont à la piscine publique qui est proche.

Cet après-midi, j’ai une interview avec le président de l’association vietnamien à Montpellier à propos de la préparation du Têt (le nouvel an vietnamien). J’y vais donc avec le journaliste du magazine en ligne qui va d’ailleurs filmer le président pendant mon interview. Cette vidéo sera insérée dans l’article pour expliquer des légendes autour du Têt: « Pourquoi appelle-t-on le nouvel an chinois », « Qu’apporte l’année du serpent »…

Plusieurs questions ont été posées entre moi et mon collègue. Est-ce qu’on va mettre le sous-titre ou pas? Combien de temps dura l’interview? Où pourra-t-on filmer ?…

Le seul moyen à répondre à toutes ces questions c’est de se mettre au travail.

Thi Minh Trang Ho

%d blogueurs aiment cette page :